- Logement

Journée mondiale de l’Habitat : le MSP-DRO.L réclame des logements adéquats pour les habitants de Polsgo

Polsgo, localité située au cœur de la zone industrielle dans l’arrondissement 4 de la commune de Ouagadougou a servi de lieu au Mouvement de Solidarité pour le Doit au Logement (MSP-DRO.L) pour interpeller les autorités. Une interpellation face aux risques encourus par les habitants du fait de la pollution des usines de la zone. Les responsables du mouvement étaient face à la presse le lundi 1er octobre 2018. Une manière pour la structure de commémorer la Journée mondiale de l’Habitat.

« La gestion des déchets solides municipaux », c’est le thème qui a été choisi pour la 33éme édition de la Journée mondiale de l’Habitat, célébrée chaque premier lundi du mois d’octobre. Pour le Mouvement de Solidarité pour le Doit au Logement (MSP-DRO.L), ce thème est plus qu’interpellateur au regard des problèmes de logements devenus récurrents. Et pour faire d’une pierre, deux coups, le mouvement a choisi Polsgo qui fait partie des zones où le problème de logement  fait couler beaucoup d’encre et de salive.

La santé des habitants de cette localité est menacée du fait de la pollution des usines qui occupent une bonne partie du village. Ces problèmes de santé seraient respiratoires. A cela s’ajoutent des fausses couches et mêmes la mort pour certains. Ces habitants devraient de nos jours être délocalisés sur de nouvelles parcelles mais cela n’est toujours pas effectif, par la faute du ministre du commerce selon le président du Mouvement, Seydou Traoré.

Seydou Traoré, ,président du MSP-DRO.L

Pour lui, deux correspondances  lui ont été adressées mais jusqu’aujourd’hui, aucune réponse, ni intention de le rencontrer. « Nous prenons l’opinion publique à témoin car la population de Polsgo est brimée. Les responsables des usines CIMFASO, CIMMETAL et CIMBURKINA sont autant indignés que nous le sommes. Nous les avons rencontrés, ils ont signé des conventions notifiant qu’ils sont prêts à offrir plus de 4000  parcelles  construites aux habitants pour que ceux-ci libèrent les abords des usines. Les parcelles sont aménagées depuis plus de quatre ans mais les populations sont toujours là. Le ministre en charge de l’urbanisme a donné son feu vert et il reste l’approbation de celui du commerce car les usines émanent de ce ministère », a-t-il expliqué.

Le mouvement interpelle donc les plus hautes autorités à jeter un regard sur cette population qui vit toujours dans la précarité totale.

la population présente à la conférence de presse

Il a par ailleurs encouragé le Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat à la mise en œuvre effective du programme des 40 000 logements sociaux, à la mise en œuvre de la loi portant sur le bail locatif privé, à la prise en compte des habitants des zones non loties avant d’inviter le Gouvernement pour le paiement des rétributions des membres des commissions chargées de l’apurement du passif du foncier.

 

Carolle OUEDRAOGO

Laisser un commentaire