- LA UNE, Politique, Sécurité

Attaque de Toéni : le Ministre de la Sécurité fait le point de la situation

Le Ministre de la Sécurité du Burkina Faso a rencontré la presse pour expliquer les circonstances de la mort de 10 gendarmes burkinabè dans la province du Sourou, région de la Boucle du Mouhoun. La rencontre a eu lieu le vendredi 28 décembre 2018 au Ministère de la Sécurité à Ouagadougou.

Le Ministre en charge de la Sécurité du Burkina Faso, Clément P. Sawadogo, a d’abord rappelé que dans la nuit du 26 au 27 décembre dernier, des individus armés se sont pris à une école primaire dans la localité de Loroni à quelques encablures du Mali dans la commune de Toéni comme cela est arrivé à plusieurs écoles dans les zones frontalières du Burkina. Il en ensuite expliqué que cette école a été incendiée et, poursuit-il, « naturellement dans le cas d’espèce, les services de sécurité se doivent d’engager une poursuite de ces éléments pour les débusquer et éventuellement les interpeller ou pourquoi pas les neutraliser si on les trouvait dans des conditions où ils sont armés ».

Aux dires du premier responsable de la sécurité burkinabè, c’est en voulant se livrer à cette mission qu’une équipe de la gendarmerie de Toéni a été prise dans une embuscade sur la route Toéni-Loroni. Cette brigade a essuyé des tirs nourris de ces individus armés. Une embuscade qui n’a laissé aucune chance à l’équipe de 10 gendarmes allée à la poursuite des terroristes. Le hic, c’est que les autorités en charge de la sécurité du Pays des Hommes intègres n’ont pas la moindre information sur les assaillants à en croire Clément Sawadogo. « Malheureusement, nous ne saurons dire à la date où nous sommes, combien ils sont, ni avec quel type d’armement ils ont opéré. Mais la violence, la barbarie et le niveau de brutalité avec lesquels, ils ont agi en décimant l’équipe montre qu’ils devaient être d’un certain nombre et équipé en armement lourd. (…) Les douilles qui ont été ramassées également en disent long.», a conclu le premier responsable de la sécurité du Burkina Faso qui appelle la population à collaborer davantage avec les FDS.

 

 

Laisser un commentaire