- Culture, LA UNE

Décès de l’écrivain malien Seydou Badian Kouyaté : les condoléances du Ministre burkinabè de la Culture, des Arts et du Tourisme

Mme la Ministre, chère sœur
C’est avec une vive émotion et une profonde tristesse que nous avons appris le décès ce 29 décembre 2018 de l’illustre écrivain malien Seydou Badian KOUYATE.
Assurément l’Afrique vient de perdre un de ses plus dignes fils et une grande figure de sa culture en général et de sa littérature en particulier. Ce grand homme aura marqué son temps et vécu utile au regard aussi bien de sa production bibliographique que de son engagement militant pour l’indépendance des pays africains, et plus singulièrement celui du MALI.
Au-delà du peuple frère malien qui est éprouvé, c’est tout un continent et le monde culturel et artistique qui est en deuil. En ces moments douloureux, je tiens à exprimer au nom du gouvernement du Burkina Faso et au mien propre, toute la compassion et les sincères condoléances de la nation burkinabè au vaillant peuple malien ainsi qu’à la famille biologique du disparu.
Puissent son engagement citoyen et son immense contribution à la promotion de la culture africaine inspirer les générations actuelles et futures.

Abdoul KARIM SANGO

En effet, le romancier malien Seydou Badian Kouyaté auteur de “Sous l’orage”, son premier roman, paru en 1957 est décédé à Bamako dans la nuit du vendredi au samedi 29 décembre 2018 à l’âge de 90 ans.
Auteur des paroles de l’hymne national de son pays, il faisait partie de la première génération de romanciers africains, avec le Sénégalais Cheikh Hamidou Kane, le Guinéen Camara Laye ou l’Ivoirien Bernard Dadié. Il est aussi l’auteur de trois autres romans, “Le Sang des masques” (1976), “Noces sacrées” (1977) et “La Saison des pièges” (2007).
“Sous l’orage” est enseigné dans de nombreux pays depuis sa parution. Ce roman est consacré au conflit des générations, “la tension […] créée par l’école occidentale entre les jeunes et les anciens” en Afrique.

 

Burkimbia.com

Laisser un commentaire