- LA UNE, Opinion

Assassinats de religieux : Ces groupes terroristes ont tué plus de leaders religieux musulmans et de musulmans que de prêtres catholiques ou de pasteurs protestants et de chrétiens.

Hier encore, pendant que la polémique imbécile battait son plein sur le thème « ils attaquent maintenant les chrétiens, pourquoi les médias occidentaux parlent plus des assassinats de quelques chrétiens que de l’assassinat de plus de 600 musulmans, pourquoi le PF a reçu les otages occidentaux libérés et pas les burkinabè, pourquoi le PF a été à la cérémonie d’hommage au prêtre assassiné et pas à celle pour le pasteur (ce dernier point étant faux d’ailleurs !) etc ? », un marabout a été égorgé avec son fils à Sambonaye : 25 km de Dori sur l’axe Dori-Essakane.
La raison en est simple : ces groupes veulent éliminer l’état (administration, écoles, FDS), les leaders sociaux qui sont souvent les chefs religieux et/ou coutumiers en zone rurale et qui leurs sont hostiles, les touristes qui fournissent des revenus aux populations, bref tout ce qui entrave leur volonté de contrôler les territoires qu’ils ont ciblés pour y exploiter les ressources naturelles et les populations, et développer leurs trafics.
Cette affaire n’est pas une guerre de religion, mais d’accaparement des ressources. La religion ou l’ethnie de sont que des cordes sensibles qu’ils exploitent pour atteindre leurs objectifs.
Le problème, c’est que la communication gouvernementale, mais aussi les médias n’expliquent pas assez bien la problématique.
De même, il est curieux de constater que cette communication gouvernementale ne parle que des opérations militaires mais ne parle jamais de la lutte contre les filières de financement et d’approvisionement de ces groupes terroristes.
Or la lutte antiterroriste commence par l’assèchement des filières de financement du terrorisme.
La guerre, et même la guérilla, cela coûte très cher.
Où trouvent-ils l’argent ?
Telle est la première question à se poser.
Hope this helps.
Maix.

Laisser un commentaire