- LA UNE, Politique

CDP en justice : une volonté de liquider le parti selon Achille Tapsoba

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) était face à la presse ce samedi 15 juin 2019. Ce, pour partager la décision de justice suspendant la tenue de son congrès extraordinaire le 16 juin 2019 à Ouagadougou. Le CDP déclare avoir pris acte de la décision de justice et annonce que le congrès est reporté à une date ultérieure. Il dénonce également une volonté de certains de ses leaders de le liquider.

Dans le but de faire une relecture de ses textes fondamentaux, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès avait convié la presse le mardi 11 juin dernier pour informer l’opinion de la tenue d’un congrès extraordinaire. Contre toute attente, certains membres du Bureau exécutif national (BEN) et du Bureau politique national (BPN) se sont opposés à la tenue du congrès et ont esté le parti en justice. Le délibéré a été rendu public le vendredi 14 juin 2019 par le président du Tribunal de grande Instance de Ouagadougou. Cette décision a ordonné la suspension du congrès jusqu’à la mise en place d’un Bureau politique national conforme aux dispositions de l’article 32 des statuts du parti. Par la voix de son 1er vice-président, Achille Tapsoba, principal animateur de la conférence, l’ex-parti au pouvoir dit prendre acte de cette décision et annonce que le congrès est reporté à une date ultérieure. Ainsi, le premier responsable du parti et son clan considèrent l’acte posé par leurs camarades comme une volonté manifeste de liquider le CDP.  Et Achille Tapsoba d’affirmer que l’ex-parti majoritaire est comme une tige de roseau qui ploie sous le coup du vent et des agressions, qui se plie sans se rompre et finit toujours par se redresser. A la question de savoir quelle a été la position du président d’honneur, le principal orateur a laissé entendre que celui-ci avait adressé une lettre au BPN pour dire que le parti était libre de tenir le congrès. Cependant pourquoi n’avoir pas mis cette lettre à la disposition de tous pour prendre l’opinion à témoin ? A cette préoccupation, il avoue que le président d’honneur n’a pas donné l’autorisation de rendre sa lettre publique. Une question a été posée sur la tenue du meeting de Kadré Désiré Ouédraogo à Ziniaré qui se tenait au même moment que cette rencontre avec la presse. Là, Achille Tapsoba a insisté sur le fait que Kadré Désire Ouédraogo n’est pas un candidat du parti présidé par Eddie Komboïgo et que de ce fait, il ne peut pas se prononcer sur la question. Mais que faire des  membres frondeurs du parti de l’épi et de la daba ? A cette question des Hommes de média, celui  qui s’est fait le porte-parole de la formation politique de Blaise Compaoré indique qu’il y a des textes fondamentaux qui sont clairs sur ces cas de figure et qu’ils seront appliqués.

Wakiyatou KOBRE

 

Laisser un commentaire