25.6 C
New York
mardi, juin 28, 2022

Buy now

Tolérance, solidarité et vivre-ensemble au Burkina Faso : Le CERFI appelle les musulmans à s’engager

Le Centre d’études, de recherches et de formation islamique (CERFI) veut à travers des conférences publiques dans toutes les régions du Burkina Faso, inciter les musulmans à s’impliquer dans l’édification d’un Burkina Faso tolérant, solidaire et prospère. C’est d’ailleurs sous ce thème que ce sont ouverts les débats à Ouagadougou le dimanche 19 juin 2022.

C’est un secret de polichinelle. Le Burkina Faso est au carrefour de plusieurs crises qui mettent à mal certains de ses fondements, remettent en cause des acquis et des fondations séculaires et effritent dangereusement le vivre-ensemble et la cohésion entre ses fils et filles. Une autocritique s’impose et chacun doit jouer sa partition afin de préserver ce qui peut encore l’être. De son côté, le Centre d’études, de recherches et de formation islamique (CERFI), à travers ses coordinations régionales, a pensé à des conférences publiques dans toutes les régions du pays.

Cette initiative vise à engager les musulmans pour la construction d’un Burkina Faso résilient, solidaire, prospère, stable et paisible, soutient le directeur exécutif du CERFI

Le thème retenu pour ces concertations, c’est : « La contribution des musulmans à l’édification d’un Burkina Faso tolérant, solidaire et prospère ». Cette initiative, a expliqué le directeur exécutif du CERFI, El Hadj Abdoul Hamidou Yaméogo, est d’engager les musulmans, individuellement et collectivement, à la réflexion pour la construction d’un Burkina Faso résilient, solidaire, prospère, stable et paisible. Selon son entendement, c’est ensemble qu’on pourra faire la promotion d’un islam de paix, inspirant et rassurant. « C’est ensemble que nous serons des musulmans plus solidaires, plus éclairés qui agissent pour le bien de leurs concitoyens et de leur nation », a-t-il fait savoir.

Ces conférences publiques se tiendront dans toutes les régions du Burkina Faso

A Ouagadougou, la conférence publique a été animée par l’iman du CERFI Tiego Tiemtoré. Il est revenu sur les fondements de l’islam. Pour lui, l’islam ce n’est pas seulement la prière. « La prière est un élément de l’islam. Il ne s’agit pas de bien prier et c’est fini. Le reste c’est laisse guidon », a-t-il ironisé avant d’ajouter que le musulman devrait être humble et modeste pour être meilleur. En sus, il a soutenu que la prière doit amener le musulman à respecter ses engagements et à être juste. La finalité de l’islam est donc d’aider le musulman à s’éduquer par le moyen des piliers dont la prière, pour devenir meilleur. Autre défi que le musulman doit relever, selon l’imam Tiemtoré, c’est le savoir et les connaissances.

Le musulman doit réapprendre les fondamentaux du vivre ensemble, a lancé l’imam Tiemtoré

Pour terminer, il préconise la coexistence pacifique avec les autres. « Vous voyez que dans tous les pays aujourd’hui, il y a des bagarres entre ethnies, entre communautés. La nôtre est très éprouvée », a-t-il déploré. Nous devrions réapprendre, a-t-il terminé, les fondamentaux du vivre-ensemble. Le musulman doit être meilleur dans tout ce qu’il fait. Il faut également qu’il soit bien formé pour relever les défis du développement.

Obissa Juste MIEN
source: Lefaso.net

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
48SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
Burkimbia.comspot_img

Derniers articles