18 C
New York
dimanche, septembre 25, 2022

Buy now

Musique : Idak Bassavé n’a pas fini de faire parler d’elle

De ” Homme intègre ” à ” Les mêmes  problèmes ” en passant par Zat “, sans oublier ” Sougouri” et “Wisèwié ‘ pour ne citer que ces albums de Idak Bassavé, l’artiste musicienne n’a pas fini de faire parler d’elle. Totalisant plus de trois décennies de carrière musicale à combiner les sons d’une manière agréable à l’oreille n’a plus de secret pour la fille de Abdoulaye Bassavé.

Kadi Bassavé, à l’état civil, fait ses premiers pas dans le show-biz aux côtés des siens à travers l’orchestre familial connu son le nom de ” La famille Bassavé”, un groupe porté par ses parents. Idak Bassavé est aujourd’hui à son 8ème album baptisé ” BA A YÔ “, en hommage à son géniteur Abdoulaye Bassavé. Cet opus de 12 titres, dédicacé le 5 août dernier, aborde plusieurs thèmes entre et autres, la paix, un titre chanté en featuring avec la diva Aïcha Koné, l’amour et un son en hommage aux FDS. Cette galette de belle facture réalisée entre Abidjan et Ouagadougou parle aussi de la solidarité et des femmes qui jettent leurs bébés. L’album sensibilise également sur la nécessité d’être humble car personne ne connait le futur.

En tant qu’artiste musicienne, surtout pour une femme, la situation actuelle de notre maison commune à tous (le Burkina Faso) dont nous sommes les poussins d’une même poule-mère est vraiment préoccupante et alarmante. Elle se pose mille et une question : pourquoi les poussins d’une même cage se bagarrent,  se pourchassent et s’entretuent ?

” Vaut mieux déposer les armes et d’être comme les moutons d’une même bergerie qui sortent par la même porte et entrent par la même porte. Quelque soit le problème, nous ne devons pas mettre le feu à notre chère patrie. Imaginez la douleur d’une mère ou d’un père qui fonde tout son espoir sur son enfant et on le tue comme si de rien n’était. Je profite de l’occasion pour interpeller les deux camps à faire pardon pour cesser cette guerre. Il est temps qu’on prenne conscience et qu’on dépose les armes car pendant que les autres nous flattent pour qu’on s’entretue, les pays occidentaux se développent. Le berceau de l’humanité ne peut pas se développer dans de telles conditions. Sachons raison gardée car personne ne va amener des milliards (argent, or, diamant…) au ciel. Donc, arrêtez de nous entretuer. Aimons-nous comme notre Dieu nous aime”, conseille la star.

Pour cet album ” BA A YÔ “, il y a le clip ” Kamibeogo “, déjà disponible, qui peut se jouer partout. D’ailleurs, il est diffusé au Burkina Faso, au Mali, au Niger et bientôt en Guinée et en Côte d’Ivoire. Idak Bassavé sera en concert live ce samedi 24 septembre au CENASA et elle invite le public à se procurer les tickets d’entrée.

David Demaison NEBIE

Articles Liés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Rester connecté

0FansJ'aime
49SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
Burkimbia.comspot_img

Derniers articles