Formation : le RENCOF sur les traces des cinq boursiers recalés

La Directrice Générale du Centre national de l’information et de l’orientation scolaire, professionnelle et des bourses (CIOSPB), Lidya Rouamba, a reçu ce mardi 10 septembre 2019, une délégation du Réseau national des consommateurs du Burkina Faso (RENCOF), conduite par son président, Adama BAYALA.
A ses côtés, le premier vice-président, Dr Daouda Diallo, le deuxième vice-président, Adama Coulibaly, le secrétaire général, Macaire Bazié et le chargé de communication, Abdramane Billa.
Au menu des échanges, la question des cinq étudiants, bénéficiaires de la bourse nationale, recalés pour la bourse hors d’Afrique, évoquée dans presse, la semaine écoulée.

Selon la directrice générale de CIOSPB, les critères d’attribution des bourses sont nombreux. Elle a cité, entre autres, l’âge, la filière, le mérite, les conditions sociales des candidats, un quota pour les pupilles de la Nation. Et de préciser que ce n’est pas le CIOSPB qui attribue les bourses, mais une commission pluridisciplinaire qui inclut les délégués d’étudiants et des représentants syndicaux.
Revenant aux cinq étudiants, elle a indiqué qu’il y a une règle tacite, valant depuis de longues années, qui dispose qu’un étudiant ne peut être attributaire de deux bourses à la fois.
C’est à ce titre, dit-elle, que la commission de sélection des dossiers de candidatures a décelé et écarté des candidats attributaires de la bourse nationale qui détenaient les meilleures moyennes. C’est ainsi qu’il a été décidé de choisir dans l’ordre des performances d’autres dossiers de candidatures.
Les résultats ont été publiés le jeudi 28 Août et le vendredi 29, un groupe d’étudiants est venu se plaindre au motif qu’ils ont été écartés au profit d’étudiants qui sont dans leur situation, attributaires de la bourse nationale.
A l’entendre, ces étudiants ne peuvent pas encore avoir fini le cycle et sauter sur une autre opportunité, en faisant du tort à « des milliers et des milliers » d’autres étudiants. Elle en veut pour preuve, l’article 47 d’un décret en date de 2017 qui stipule : « Les étudiants boursiers de cycle Licence conservent leur bourse, s’ils sont inscrits en Master au cours de l’année académique, suivant celle de l’obtention du diplôme ……».

Le RENCOF a relevé la conviction et la détermination de la directrice générale qui a affiché une volonté de travailler dans la transparence, le respect des textes pour que les bourses profitent réellement aux étudiants sur la base de la méritocratie, indépendamment de leurs origines sociales.
Il l’a encouragé à poursuivre dans cette dynamique, non sans lui faire des propositions pour enrichir les textes qui encadrent l’attribution des bourses. On retient entre autres :
Plus de vigilance dans l’étude des dossiers pour que pareille erreur ne se répète ;
Relire les textes et surtout ajouter un alinéa mentionnant noir sur blanc « nul ne peut cumuler deux bourses, sans en avoir validé le cycle précédent ».
Poursuivre le peaufinage des textes pour promouvoir l’excellence et la méritocratie.
Communiquer suffisamment sur les réformes en cours pour rétablir la confiance des Burkinabè vis-à-vis de l’institution.
Le Service de communication du RENCOF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *