Présidentielle au Tchad : 15 partis d’opposition désignent un candidat unique

À deux mois de l’élection présidentielle au Tchad, l’opposition ne tergiverse pas et décide de s’unir en ne présentant qu’un candidat au scrutin présidentiel du 11 avril.

Persuadés d’être opposés au président sortant Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, les 15 partis de l’opposition ont en effet décidé de créer ensemble une coalition et de représenter qu’un candidat unique.

Créé le 2 février, l’Alliance Victoire, s’est donc réunie pour désigner son « poulain ».

Mardi, les quinze partis d’opposition ont désigné Théophile Bebzoune Bongoro, 55 ans, un néophyte en politique.

Réunie à N’Djamena mardi, la coalition l’a élu à neuf voix contre cinq contre le favori et opposant reconnu du président Déby, Saleh Kebzabo.

Saleh Kebzabo était arrivé deuxième de la présidentielle de 2016 avec 12,8% des voix.

Bongoro, un notaire qui n’a jamais participé à une quelconque élection, a créé en 2018 son propre mouvement politique, le Parti pour le Rassemblement et l’Equité au Tchad (PRET).

Samedi, le Mouvement Patriotique du Salut (MPS) de Déby a investi le chef de l’Etat candidat à sa propre succession. Ce militaire de carrière, récemment promu maréchal par l’Assemblée nationale que le MPS domine largement, dirige le Tchad d’une main de fer et sans partage depuis qu’il a pris le pouvoir par les armes en 1990.

Le même jour, sa police a dispersé manu militari plusieurs manifestations de partis de l’opposition qui avaient préalablement été interdites et, lundi, 14 opposants arrêtés ce jour-là ont été incarcérés et seront jugés notamment pour « troubles à l’ordre public ».

L’Alliance Victoire encore divisée

L’opposition, pour l’heure, ne sera pas totalement rangée derrière Bongoro puisque Romadoumngar Nialbé Félix, président de l’Union pour le renouveau et la démocratie (URD), principale force d’opposition à l’Assemblée nationale avec huit députés, a été récemment investi par son parti pour être candidat.

Et le mouvement de Laokein Kourayo Medar, arrivé en troisième position en 2016, tout comme Les Transformateurs du jeune opposant Succès Masra, n’ont pas rejoint l’Alliance Victoire.

Les candidatures doivent être déposées officiellement à partir du 13 février.

L’élection présidentielle d’avril sera suivie par les législatives, fixées au 24 octobre 2021, après avoir été maintes fois repoussées depuis 2015.

La société civile tente de protester contre une nouvelle candidature du président Déby.

La veille de cette nomination, une dizaine d’opposants au président tchadien Idriss Déby Itno, dont une figure de la société civile, Mahamat Nour Ahmed Ibedou, Secrétaire général de Convention Tchadienne de Défense des Droits Humains (CTDDH), avaient été incarcérés. Ils seront jugés pour avoir bravé une interdiction de manifester le jour de l’annonce de sa candidature à un sixième mandat.

Samedi, les opposants réclamaient «une alternance au pouvoir» et d’avantage de «justice sociale», avant d’être dispersés par la police.

Burkimbia.com

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *