Kouka : une commune en plein essor

Le village de Kouka, chef-lieu de commune du même nom, situé dans la partie sud de la province des Banwa dans la région de Boucle du Mouhoun est bien connu pour son grand marché qui se tient tous les vendredis et qui est un des lieux d’attractions de la localité. Kouka fait peau neuve et se transforme en un vaste chantier de construction depuis un certain nombre d’années. Son Conseil municipal, fort de 39 membres, installé suite aux élections municipales de mai 2016 et présidé par Charles Sanou, est satisfait du bilan à mi-parcours de son mandat. Un dialogue tenu le 23 septembre 2020 permettra de capitaliser les bonnes pratiques et de prendre en compte les insuffisances et les préoccupation des populations dans leurs futures actions à travers la richesse de leurs critiques et suggestions selon le maire de la commune qui a reçu la visite d’une équipe de Burkimbia.com le mardi 16 février 2021.

Promouvoir la bonne gouvernance au niveau local à travers l’instauration de ce cadre de concertation et de dialogue entre les autorités communales et la population était l’objectif général du Conseil municipal de Kouka avec pour objectifs spécifiques de respecter le principe de la redevabilité sociale dans la gouvernance locale qui implique que les détenteurs des responsabilités de gestion communale rendent compte aux populations par rapport à la mission pour laquelle ils ont été élus, d’offrir aux citoyens une occasion de participation à la gestion des affaires locales et de développement de la collectivité. Ce, à travers leurs critiques constructives, leurs recommandations ou suggestions en vue d’améliorer les politiques locales de développement. Pour le premier responsable de la commune, dans le domaine de l’éducation de base, Kouka compte une seule Circonscription d’Education de Base (CEB) avec un total de 41 écoles primaires et un Centre d’Eveil et d’Education préscolaire (CEEP) qui ouvrira ses portes très prochainement. Pour ce qui est du domaine de la santé, la commune compte actuellement 7 Centres de Santé et de Promotion sociale (CSPS) pour une population estimée en 2019 à 87 919 habitants. En matière d’eau potable et d’assainissement, la commune dispose d’un parc de 133 pompes à motricité humaine fonctionnelles et 5 Adductions d’Eau potables simplifiées (AEPS), notamment à Kouka, Siwi, Mahouana, Djontala et Bankouma. En ce qui concerne les latrines, des efforts doivent être faits car il n’existe que 2177 latrines conventionnelles et 714 puisards dans la commune. Il faut préciser que dans la réalisation de ces latrines et puisards, la mairie a bénéficié de l’accompagnement total de SOS Sahel et de la Banque islamique de Développement (BID) et de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) d’après Charles Sanou.

Le service de l’État civil qui est le plus sollicité de la marie, au regard du nombre d’usagers qu’il accueille chaque jour, durant les trois ans a produit au total 10 280 actes. En plus de la transcription de ces registres en doubles exemplaires, il faut ajouter les milliers de légalisations de documents effectuées par l’État civil surtout en période de dépôt des dossiers de concours ou de rentrée scolaire. Mais il se trouve que ce service est animé par seulement deux agents. A cela s’ajoute le manque de centres secondaires d’État civil dans la commune, d’où les difficultés de délivrance des actes d’états civil dans les délais. Cette situation est en train de se résorber par la création de 7 centres secondaires d’État-civil en janvier 2021. Pour le maire et son conseil municipal, au regard des plaintes récurrentes des usagers de ce service, il est opportun de renforcer le personnel de soutien de l’État-civil.

Le mandat en chiffre

Parlant de l’exécution des budgets de 2016 à 2019, le conseil a fait un taux de réalisation de recette de 91,95% et un taux de réalisation des dépenses de 46,39%. Le taux de réalisation des ressources transférées de l’État dans le domaine de l’enseignement primaire en 2016 en fournitures scolaires est de 99,05%. En fournitures spécifiques et en construction de salles de classes du post primaire, il est de 100%. En 2017, un taux de 100% en fournitures scolaire a été enregistré contre 13,41% en alimentation. En fournitures scolaires spécifiques, il est de 100% et également pour la construction de salles de classes du post primaire. En 2018, en alimentation, il est de 99,25%, en fournitures scolaires, en fournitures spécifiques et en construction de salles de classes du post primaire, il est également de 100%. En 2019, en alimentation, le taux est de 96,14 %, en fournitures scolaires, il est de 98,91%, en fournitures spécifiques est de 100% et en construction de salles de classes du post primaire, c’est le néant, soit un taux global de réalisation de  84,78%. Dans le domaine de la santé, le taux de réalisation global de 2016 à 2019 est de 100%. Pour celui de l’eau et de l’assainissement, il est de 100% en 2017 mais néant en 2016, en 2018 et 2019. « Il ressort de cette situation que notre commune n’a pas reçu des ressources financières dans le domaine du préscolaire, de la culture, des sports et des loisirs ainsi que de l’action sociale.

En somme, après trois ans de gestion des affaires locales, il faut souligner que le Conseil municipal que je préside œuvre inlassablement à assurer la continuité de l’administration communale et la cohésion sociale quand on sait que le contexte de mise en place des organes du conseil municipal a été marqué par une crise sociale. Mais cela relève du passé. », foi du bourgmestre de Kouka. Aux dires de ce dernier, après trois ans de gestions, l’équipe a pu faire le carrelage de bâtiments, la construction de 3 bâtiments administratifs, la réfection et l’équipement de la salle de réunion, l’acquisition de 16 motos de services, de 26 tricycles, de 300 motopompes au profit de la population de Kouka. Elle a pu aussi construire 21 salles de classes et des latrines, réfectionné 2 salles de classes dans 2 écoles et à l’inspection sans oublier l’acquisition de 1 500 tables-bancs. Le Conseil municipal a également construit 3 CEG à Kouka, Bankouma et Sidi. En terme d’infrastructures sanitaires, il a clôturé le CSPS de Kouka, construit 3 salles de soins à Bourawalé et Liaba. Pour ce qui est des infrastructures marchandes, le conseil a construit des hangars, de boucheries et des boutiques dans l’ancien marché, 41 boutiques de rue, aménagé des Hall commerciales et des espaces couverts dans le marché moderne de Kouka et réalisé un dancing à l’auberge communale. Parlant d’infrastructures hydrauliques, il a réalisé 15 forages, réhabilité 9 autres et réalisé 2 AEPS. Dans le cadre des infrastructures de franchissement, le maire et ses collaborateurs ont construit 6 dalots, le tout sur le budget communal et effectué des travaux de réhabilitation de 7 forages dans la commune de Kouka à hauteur de 13 980 000 FCFA, sous ressources transférées, entièrement achevés sans omettre la réalisation de forages équipés de pompes à usage d’eau potable à Saltré à 6 837 000 CFA à Sallé sur financement PNGT2, également entièrement achevé, et deux AEPS à Diontala et Bankouma aussi sur financement BID et UEMOA, également entièrement achevé. En matière d’ouvrages de franchissement les élus locaux ont construit un dalot reliant le quartier Bobo à l’ancien marché de Kouka d’un montant de 18.000 000 FCFA sous budget communal et bâti un autre dalot à Sallé à 16 913 755 FCFA, un dalot d’accès au Lycée départemental à 17 005 445 FCFA à Kouka, également sur le budget communal. Il est à noter aussi le carrelage du bâtiment administratif à 6 209 480 FCFA à la mairie, la construction d’un magasin à 8 977 034 FCFA à la mairie, également sur le budget communal et la réfection, l’équipement de la salle de réunion de la mairie et la construction d’un hangar à 12 000 000 FCFA, la construction d’un bâtiment administratif à 18 000 000 FCFA à la mairie, le tout  sur financement de la Coopération autrichienne. A cela, il faut ajouter la construction de la clôture de la mairie de Kouka à 17 506 385 FCFA, la construction d’un bâtiment administratif au continuum de Kouka à 7 829 120 FCFA, la construction d’une cafétéria à la mairie à 4 750 000 FCFA, l’achat de motopompes à 9 000 000 FCFA et la construction du bâtiment du service de l’assainissement sur financement de SOS Sahel à en croire le maire Charles Sanou.

Signalons que la mise en place des organes du Conseil municipal de Kouka est intervenue le 7 juillet 2016 mettant ainsi fin au mandat de la délégation spéciale communale sous la Transition.

David Demaison NEBIE

Représentant Régional de la Boucle du Mouhoun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *