Violences post-électorales au Niger : la maison du correspondant de RFI attaquée, des centaines d’arrestations à Niamey

Au moins 200 jeunes ont attaqué le jeudi 25 février 2021 matin le domicile de Moussa Kaka, correspondant de Radio France Internationale (RFI) à Niamey au Niger. La maison a été vandalisée et incendiée également.

Cette attaque est survenue quatre jours après le second tour de l’élection présidentielle remportée par le candidat du pouvoir Mohamed Bazoum, mais contestée par son adversaire de l’opposition Mahamane Ousmane. Trois maisons ont également été cassées sur le parcours des émeutiers qui semblent s’en prendre à des objectifs bien ciblés, parmi lesquels les stations essence Total, celles du célèbre homme d’affaires Rhissa Mohamed dit Rimbo, bras financier du pouvoir.

Le président de parti Seyni Omar a vu son siège de campagne et son domicile subir les assauts des manifestants où un garde a accidentellement tué un de ses collègues devant dans la bagarre. La tension liée à la présidentielle au Niger, dont la victoire est revendiquée par le pouvoir et l’opposition, persistait jeudi à Niamey où le domicile du correspondant de Radio France Internationale a été vandalisé et incendié.

Deux personnes sont mortes lors des troubles qui ont suivi l’annonce mardi par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) des résultats de la présidentielle donnant vainqueur Mohamed Bazoum. Le domicile à Niamey de Moussa Kaka, le correspondant de RFI, a été vandalisé et en partie incendié jeudi matin. « Ils ont tout cassé, ils ont mis le feu », a-t-il dit, qui a pu constater l’importance des dégâts occasionnés.

Correspondant de longue date de RFI au Niger, Moussa Kaka a passé près d’un an en prison – du 20 septembre 2007 au 23 juillet 2008 – accusé « de mettre en danger la sécurité de l’Etat » par ses liens supposés avec la rébellion touareg du nord du pays. La direction de RFI a estimé que son correspondant « a été visé en tant que journaliste ». « Il s’agit d’une très grave atteinte à la liberté de la presse », a-t-elle indiqué dans une déclaration transmise à l’AFP. « RFI apporte tout son soutien à son correspondant, condamne cet acte liberticide et continuera de défendre la liberté d’informer ».

Dans un communiqué commun, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et l’ONU « condamnent fermement les actes de violence » au Niger et « appellent toutes les parties prenantes à la retenue ».

L’attaque du domicile du journaliste s’est produite dans un contexte politique tendu lié aux résultats du second tour de l’élection présidentielle de dimanche qui devait consacrer la première passation de pouvoir entre deux présidents élus dans un pays habitué aux coups d’Etat.

La Céni a proclamé la victoire d’un très proche du président sortant Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum, avec 55,7 % des voix face à un ancien chef de l’Etat, Mahamane Ousmane, qui a contesté ces résultats et s’est proclamé vainqueur avec 50,3 %.

Depuis, des troubles ont eu lieu à Niamey et d’autres villes du pays, des manifestants descendant dans les rues et s’en prenant aux forces de l’ordre qui ont répliqué à coups de gaz lacrymogènes.

« Le bilan est de deux morts », a déclaré jeudi à la presse Alkache Alhada, ministre de l’Intérieur, annonçant également 468 arrestations depuis mardi, « y compris certains hommes politiques ».

L’une des personnes décédées a été victime d’une crise d’épilepsie pendant une manifestation.

L’autre a été tuée par balle et était le garde du corps d’un candidat du premier tour du 27 décembre, Seïni Oumarou, qui avait appelé à voter au second tour pour Mohamed Bazoum.

Il y a également eu « des dégâts, destructions d’infrastructures, de biens publics et privés », selon M. Alhada. Outre celle de Moussa Kaka, plusieurs résidences d’autres personnalités ont également été incendiées.

Le principal opposant accusé

Le ministre a accusé le principal opposant nigérien Amadou Hama – qui n’a pas pu se présenter à la présidentielle à cause d’une condamnation en justice – d’être à l’origine de ces troubles.

« Le principal responsable (Amadou Hama) est recherché et comme d’habitude, il est en fuite, mais on le trouvera », a affirmé le ministre.

Parmi les personnes arrêtées figure l’ancien chef d’état-major des armées Moumouni Boureima, proche de Amadou Hama, accusé d’être « un meneur » des troubles qui ont émaillé l’annonce des résultats.

Le second tour de la présidentielle a été endeuillé dimanche par la mort de huit agents électoraux, dont sept dans l’explosion de leur véhicule qui a sauté sur une mine placée peu avant son passage dans la région de Tillabéri (ouest). Un autre est mort et neuf ont été blessés dans l’attaque de leur voiture par des membres de Boko Haram dans la région de Diffa (sud-est).

Toujours à Niamey, au moins un commissariat et des boutiques de présumés proches du pouvoir ont été saccagés par des manifestants, selon diverses sources.

Internet était coupé depuis trois jours dans le pays tandis qu’à Zinder, l’accès au siège de campagne de Mahamane Ousmane est barré par les forces de sécurité. Le Niger est confronté à de nombreux défis, dont des attaques terroristes régulières de groupes liés à l’Etat islamique dans l’ouest et de Boko Haram, originaire du Nigeria, à l’est.

200 à 300 personnes auraient déjà été arrêtées. Parmi elles, l’ancien général chef d’état-major de l’armée nigérienne Moumouni Boureima et un candidat malheureux à la présidentielle, rallié à l’opposition, Djibril Baré, frère de l’ancien Président de la République Ibrahim Baré Mainassara. Hama Amadou, le président du parti Lumana, a échappé à son arrestation ce mercredi.

Burkimbia.com

Avec Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *