Massacre de Duékoué en Côte d’Ivoire : Amadé Ouérémi révèle à la barre qu’il travaillait sous les ordres des chefs rebelles

Comme annoncé la veille, Amadé Ouérémi a comparu dans l’après-midi du mercredi 24 mars 2021, devant le tribunal criminel du Plateau dans l’affaire du massacre de Duékoué et Duékoué carrefour dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Il a été arrêté le 18 mai 2013 et est accusé de crimes de guerre commis durant la crise post-électorale de 2010-2011.

C’est aux environs de 14 heures que le procès du patron du mont Péko a débuté.

Amadé Ouérémi a à l’occasion révélé que c’est le Commandant Fofana Losseni dit Loss qui a donné l’ordre de chasser les miliciens à Duekoué.

« J’étais à Bagouo le 27 mars 2011. C’est le Commandant Fofana Losseni dit Loss qui a donné l’ordre de chasser les miliciens de Duekoué. Moi, j’étais un rebelle aux ordres du chef de guerre Coulibaly de Kouibly. C’est lui qui m’a fourni des armes et des treillis militaires. Moi j’étais malade et je ne faisais que mettre les munitions dans les chargeurs des armes dans le village de Blodi. C’est après la libération de Duekoué que je suis entré dans la ville. Les vrais dozos étaient nombreux ce jour là. Ce sont les dozos qui ont tué les gens. Ce n’est pas parce que c’est mélangé qu’ils vont mettre tout sur moi. Dieu même sait que je n’ai pas fait ça moi seul. J’ai vu des corps des hommes. C’était beaucoup. Je n’ai jamais vu ça de ma vie. Il y avait des femmes, des hommes, des enfants et des vieillards parmi les corps. Des personnes ont été brûlées vifs dans des maisons. On m’a utilisé comme un chiffon pour nettoyer leurs déchets. Je n’avais pas d’hommes sous mes ordres. Je n’ai pas tué de guéré. Les gens ont essayé de me tuer. Mais, ce que voulez, je vais tout dire », a déclaré le rebelle.

Poursuivi pour vingt chefs d’accusations, le Président du Tribunal, le juge Bini Charles lui a demandé le degré d’implication des chefs de guerre que sont Coulibaly de Kouibly, Fofana Losseni, Koné Daouda dit Kounda et Traoré Dramane puisque ces derniers nient tout lien et collaboration avec lui dans l’ordonnance de renvoi.

Ils ont affirmé que toutes les tueries et autres massacres sont du fait de l’ancien homme fort du mont Péko.

Les dozos ont également nié leur implication dans les massacres de Duekoué, affirmant que les hommes d’Amadé portaient également des tenues de dozos.

Malgré les interventions du procureur Amian et de l’avocate de la défense, Roselyne Aka Serikpa, l’ancien chef de guerre n’a pas changé de version.

Il a indiqué qu’il était un élément de la rébellion sous les ordres des chefs de guerre en 2011 dans cette zone en révélant au passage que Coulibaly de Kouibly venu l’arrêter en 2013, l’a avoué que c’est Alassane Ouattara qui avait donné l’ordre.

Par ailleurs, ce sont 10 témoins sur 82 qui ont répondu présents ce jour au tribunal.

Notons que Le MIDH, la LIDHO et la FIDH se sont constitués partie civile et sont représentés par des avocats qui ont à leur charge, 35 témoins.

Quant au principal accusé, Amadé Ouérémi, il bénéficie de l’assistance d’une avocate commise d’office pour sa défense.

L’audience reprend demain sous le coup de 13h avec la poursuite de l’interrogatoire de l’accusé et la comparution de certains témoins.

Amadé Ouérémi est poursuivi entre autres pour des faits de crimes contre civils, crimes de guerre, génocide, assassinats, meurtres, viols, attentat, complot contre l’autorité de l’état, pillages, participation à des mouvements insurrectionnels, tribalisme, xénophobie, vols en réunion, troublés à l’ordre public etc.

Burkimbia.com

Source : Koaci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *