24ème Congrès ordinaire du SNESS : l’élargissement de la structure syndicale, un défi à relever

 Le Syndicat national des Enseignants du Secondaire et du Supérieur (SNESS) tient son 24ème Congrès ordinaire les 26 et 27 septembre 2019 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre est de trouver des voies et moyens pour élargir la structure syndicale de base.

« Elargissement de la structure de la base syndicale et restructuration : défi pour le SNESS », tel est le thème retenu pour le 24ème congrès du SNESS. A travers ce thème, il s’agira de dégager les voies et moyens à mettre en œuvre pour l’élargissement de la base syndicale.  « Ainsi, au sortir de ce congrès, nous attendons à ce que les congressistes nous disent qu’est-ce qu’il faut faire pour élargir notre base », a fait savoir Anatole Zongo, Secrétaire général du SNSSE.  « Il est bien vrai que nous sommes représentés dans les 13 régions du pays mais il y a des localités où nous sommes faiblement représentés », a-t-il indiqué. De ce fait,  a-t-il souligné, l’élargissement de la base syndicale sous-entend le recrutement de plus de personnel.

Le syndicat est revenu sur les défis à relever. Il s’agit notamment de la restructuration du syndicat. En effet, grâce aux nombreuses luttes syndicales, le syndicat a pu obtenir un statut valorisant même s’il n’est pas encore mis en application. « C’est au  regard de cela, que nous avons intérêt à prendre en compte tout le personnel contenu dans nos statuts », a-t-il fait remarquer.

Par ailleurs, avec la rentrée scolaire 2019-2020 qui se prépare, le syndicat a eu des défis comme les inscriptions, la valorisation du système éducatif et l’application correcte de leur  protocole d’accord. « Nous avons obtenu cela de nos luttes, il n’a pas été mis en application », a rappelé le Secrétaire général du SNESS.

Anatole Zongo a donné sa lecture par rapport à la situation nationale.  Selon lui, la situation nationale est chaotique au vu des attaques terroristes. « C’est déplorables car le secteur de l’éducation est touché, il  y a des milliers d’écoles et des milliers d’enfants qui sont privés  d’éducation », s’est-il indigné. Et celui-ci d’affirmer qu’il est temps de trouver des voies et moyens pour ouvrir ces écoles et donner la chance à ces enfants qui ne demandent qu’à être éduqués.

Wakiyatou KOBRE           

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *