Dysfonctionnement dans les médias publics : le SYNATIC prêt à poursuivre le dialogue

Le Syndicat national des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) a fait le point de l’évolution de la situation qui prévaut au sein des medias publics.  Le syndicat était face à la presse le vendredi 4 octobre 2019, pour dénoncer le mépris du gouvernement quant à leur revendication.

Cela fait maintenant quelques mois que les médias publics connaissent des perturbations dans le déroulement de leurs activités. Les agents des médias publics ont décidé de travailler aux horaires des agents de la fonction publique. Pour cause, le syndicat accuse le gouvernement d’un manque de volonté manifeste à transformer sa plate-forme revendicative de décembre 2016 concernant la mutation des Editions Sidwaya et de la Radiotélévision du Burkina en Société d’Etat. « Chose qui permettra d’améliorer conséquemment les conditions de vie et de travail des agents », a indiqué Sidiki Dramé Secrétaire général du SYNATIC. Selon ce dernier, au lieu de chercher une sortie de crise, le gouvernement, à travers son  porte-parole, ministre de la communication, s’est livré à une campagne de désinformation et d’intoxication de l’opinion publique. A en croire Sidiki Dramé, le Ministre de la Communication s’est étalé sur certaines options préconisées par le cabinet d’étude de la RTB en la généralisant aux Editions Sidwaya. Plus loin, il avance que celui-ci a omis sciemment une recommandation de la commission mixte qui préconisait au gouvernement de faire de la mutation avec l’ensemble du personnel et avec l’accompagnement de l’Etat. Malgré tout ce montage savamment orchestré pour saboter la lutte des travailleurs, le SYNATIC a montré sa bonne foi de n’être pas fermé au dialogue. Les négociations avaient repris avec le gouvernement sur initiative de Médiateurs autosaisis mais depuis lors, les choses sont restées pareilles. Le SYNATIC réaffirme sa volonté de poursuivre les négociations.

Wakiyatou KOBRE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *