Secteur du transport routier au Burkina : qui bloque l’installation de la faîtière?

Qui est-ce qui est à l’origine du blocage dans la mise en place de la faitière des transporteurs au Burkina Faso ? Cette question mérite d’être posée d’autant plus que les discussions étaient déjà avancées dans le processus de mise en place de cette faitière. Tout porte à croire que c’est le ministre lui-même qui, à défaut d’affirmer son autorité, s’accroche sur un prétendu consensus avant la mise en place de la structure.

Cela suscite quelques interrogations. Les documents de votation adoptés à l’Assemblée ont-il été adoptés par consensus ? Les nouvelles immatriculations et cartes grises des véhicules et engins à deux roues qui s’appliquent aujourd’hui ont-elles été possibles grâce à un consensus ? Donc soyons sérieux. Soit on a la volonté d’y aller et on y va ou soit on est incapable et on en tire les conséquences. Cette faîtière, faut-il le rappeler, sera chargée de réparer toutes les injustices liées à la gestion des frets. Cet argument a toujours été l’objet de blocage dans le secteur du transport. Selon nos sources, deux transporteurs s’étaient déclarés candidats. Ce sont le président de l’OTRAF et le premier responsable de Rakieta qui fait le transport en commun. Nous disons, le ministre des transports doit mettre en place au plus vite cette structure pour qu’on en finisse avec les crises incessantes. Le président français, Emmanuel Macron, a dit que si on va écouter tous ceux qui ne sont pas contents, on ne posera plus d’actes. Donc, dans ce secteur aussi, chacun doit connaître sa place. Le politique doit aussi s’en éloigner. Nous ne voulons plus une grève des chauffeurs routiers. Et comme gouverner, c’est prévoir, nous vous l’aurons, monsieur le ministre, prévenu.

Alpha Ouéda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *