Journées anti-impérialistes de l’ODJ : l’organisation appelle à la mobilisation pour la 4ème édition

Dans le cadre de la 4ème édition de ses  Journées anti-impérialistes, l’Organisation démocratique de la Jeunesse (ODJ) tient un panel les 11 et 12 octobre 2019 à Ouagadougou. Ce panel a pour objectif de commémorer le 41ème anniversaire du Parti communiste révolutionnaire voltaïque (PCRV) et de donner une lecture sur la situation sécuritaire, économique et socio-politique du pays.

La 4ème édition des Journées anti-impérialistes est l’occasion de commémorer le 41ème anniversaire du Parti communiste révolutionnaire voltaïque. « Cet anniversaire intervient dans un contexte difficile pour le peuple et le Burkina Faso », a rappelé le président de l’ODJ, Gabin Korbéogo. Selon lui, au plan économique et social, le pouvoir néocolonial du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) et alliés a fait de son incapacité à résoudre les problèmes fondamentaux de survie des masses populaires malgré ses proclamations de foi démagogiques. Quant  à la question sécuritaire, l’ODJ s’est étalé sur plusieurs cas. Pour eux, c’est le terrorisme qui a développé les luttes populaires dans tous les secteurs de la vie sociale face auxquelles le pouvoir et ses thuriféraires appellent à l’unité nationale, à la cohésion sociale contre le péril dominant qu’est le terrorisme.

Gabin Korbéogo poursuit que dans le même temps, le pouvoir en place réprime ces luttes, organise des milices et des escadrons de la mort pour réaliser des exécutions massives extrajudiciaires et des assassinats ciblés comme ce fut le cas des deux militants de l’Organisation démocratique de la jeunesse. Le PCRV, défenseur intransigeant des intérêts du peuple depuis une quarantaine d’années est la bête noire de tous les régimes néocoloniaux qui se sont succédé. « La crise politique est profonde, elle n’épargne pas l’opposition bourgeoise réactionnaire », prévient l’ODJ. Cependant, l’ODJ pense que le dialogue social accepté par la mouvance présidentielle vise à réaliser l’unité de la classe politique bourgeoise pour faire face au mécontentement populaire et aux risques d’explosion sociale qui se profilent à l’horizon mais il se heurte aux intérêts contradictoires de différentes fractions bourgeoises qui luttent pour le pouvoir.

Le thème retenu pour cette 4ème édition est « impérialisme et terrorisme en Afrique : causes et perspectives pour les peuples en lutte pour leur libération nationale et sociale ». Le choix de ce thème s’explique par le fait que les crises sécuritaires servent également de prétexte aux interventions des puissances impérialistes à travers leurs bases militaires, soit disant pour combattre le terrorisme pour garantir leur présence dans les différentes régions et imposer leur diktat aux pays.

Sur ce, l’ODJ appelle le peuple à se mobiliser pour les luttes   qu’elle organise.

Pour rappel, la 4ème édition des journées anti-impérialistes a connu plusieurs activités dont des marches de résistances dans toutes les provinces du pays. Par ailleurs, d’autres activités sont en cours comme des soutiens aux réfugiés de la crise sécuritaire.

Wakiyatou KOBRE          

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *