Stabilité nationale : « C’est ensemble que nous allons arriver à bon port », exalte Simon Compaoré

C’est avec pour vocation de contribuer au renforcement de la paix, la sécurité, l’unité nationale et la tenue d’élections démocratiques et apaisées, que s’est ouvert, le lundi, 15 juillet 2019 à Ouagadougou, le dialogue politique national. Après une semaine d’échanges, les rideaux sont retombés, ce lundi, 22 juillet, sur cette assise.

Les travaux se sont articulés autour de la relecture du Code électoral, du référendum constitutionnel et des élections de 2020 d’une part, et d’autre part de la situation nationale et des questions d’intérêt national. 
« La classe politique a fait honneur à notre peuple, en discutant franchement et en toute responsabilité sur les questions inscrites à l’ordre du jour des travaux de ce dialogue », a magnifié à la cérémonie de clôture, le président du Faso, qui confie accueillir avec satisfaction, les conclusions de cette assise.

Roch Kaboré a ensuite expliqué que certaines thématiques abordées dans le cadre de ces échanges, en raison de leur caractère d’intérêt national, l’invitent à élargir la réflexion à d’autres acteurs de la vie nationale. « Il en est ainsi notamment de la réconciliation nationale, de la cohésion sociale, de l’autorité de l’Etat et de l’incivisme, tout comme certains aspects sur les questions sécuritaires », précise-t-il.

Le président Kaboré sollicite la bonne foi de chaque acteur et encourage l’ensemble des Burkinabè à l’unité, aux fins de relever les défis de l’heure. « Les défis auxquels est confrontée notre Nation nous obligent à nous parler franchement, sans fuite en avant, ni ruse, pour trouver les solutions appropriées et durables aux questions que vous avez examinées.

Dès lors, il me paraît essentiel de rappeler que dans la mise en œuvre des mesures destinées à faire face à la situation que traverse notre pays, la bonne foi doit être la chose la mieux partagée. C’est pourquoi, j’engage tous les acteurs étatiques et non-étatiques, les partis politiques de la majorité et de l’opposition, les leaders coutumiers et religieux, les organisations de la société civile, à adopter des comportements à la hauteur des attentes de notre peuple.

En ma qualité de Président du Faso, arbitre des intérêts de la Nation et placé au-dessus du jeu partisan et politicien, je vous exhorte, toutes et tous, à prendre l’exacte mesure des enjeux du moment. Aussi, tout en vous invitant à avoir confiance en l’avenir, j’en appelle à l’union sacrée des fils et des filles du Burkina Faso autour des questions liées à la lutte contre le terrorisme, la cohésion sociale, la réconciliation et l’unité nationales », met-il en exergue.

C’est dans la même perception que sont allés les co-présidents de ce cadre de dialogue politique, Simon Compaoré (chef de délégation de la Majorité) et Zéphirin Diabré (responsable de la délégation de l’Opposition). Ceux-ci ont animé un point de presse juste après la cérémonie officielle de clôture. Les deux leaders politiques ont sollicité l’apport et le soutien de toutes les composantes de la société pour que l’objectif escompté soit atteint pour le bonheur de tous.

« C’est ensemble que nous allons arriver à bon port », conçoit Simon Compaoré, qui souhaite, dans cet esprit, que l’on retienne et mise sur ce qui unit plutôt que sur les quelques points sur lesquels, les vues ne se sont pas (pour le moment) convergentes.

Pour lever toute équivoque, Zéphirin Diabré rassure que ce cadre d’échanges ne porte en lui aucune intention cachée. ‘’Il n’y a pas eu compromission. C’est tout ce qui a été évoqué qui se trouve dans la synthèse’’, a-t-il dit en substance.

Pour la mise œuvre des conclusions de ce cadre de dialogue, un comité de suivi a été installé par le Président du Faso (voir composition au bas de page). Il est composé des deux co-présidents, d’un rapporteur général et de trois représentants de chaque composante dont un rapporteur.

Lire aussi : Dialogue politique national : Le Code électoral sera « révisé à minima » avant les élections de 2020


Composition du Comité de suivi de la mise en œuvre des conclusions du dialogue politique (les deux co-présidents, le rapporteur général et trois représentants de chaque composante dont un rapporteur) :

- Monsieur Simon COMPAORE
- Monsieur Zéphirin DIABRE
- Me Bénéwendé Stanislas SANKARA
- Monsieur Wend-Vennem Eddie Constance Hyacinthe KOMBOIGO
- Madame KOUMARE/OUILLIO Zalissa
- Me Gilbert Noël OUEDRAOGO
- Monsieur Aly Badra OUEDRAOGO
- Monsieur Amadou Diemdioda DICKO
- Monsieur Siméon SAWADOGO


Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *