Médias publics : Grève de 48 heures pour exiger la finalisation des discussions sur le décret portant statut dérogatoire

Les travailleurs des médias publics du Burkina Faso à savoir la Radio et Télévision nationale du Burkina (RTB) et les éditions Sidwaya observent une grève de 48 heures les 29 et 30 janvier 2020. Ce, pour exiger du gouvernement la finalisation des discussions sur le décret portant statut dérogatoire déjà adopté par le gouvernement.

Les travailleurs des médias publics observent une grève de 48 heures sur toute l’étendue du territoire national. « La grève concerne tous les agents de la Télévision et Radio Nationale du Burkina et ceux des Editions Sidwaya, quotidien d’Etat burkinabè », a confié Aboubacar Sanfo, Secrétaire général adjoint du Syndicat autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC).

Interrogé sur ce qui a entraîné ce mouvement d’humeur, Aboubacar Sanfo explique qu’en réalité, le gouvernement devait faire un retour aux travailleurs pour terminer les discussions. Selon lui, le 21 janvier dernier,  le syndicat a répondu à un appel du Ministre de la Communication et les responsables du syndicat lui avaient notifié toute la déception des travailleurs. En effet, les travailleurs attendaient un retour  du ministre, puisque celui-ci devait rencontrer le  Premier Ministre pour faire bouger les choses. « Les travailleurs ont quand-même fait beaucoup de concessions parce qu’au lieu de société d’état, nous avons accepté leur statut dérogatoire », a fait savoir Aboubacar Sanfo. Et celui-ci de confier que le gouvernement a adopté le décret portant statut dérogatoire sans que les échanges ne soient terminés.

« Ce que vous ne savez pas, c’est que le décret portant statut dérogatoire a été adopté mais cela n’est pas une fin en soi car tout n’est pas mis dans le décret », foi du Secrétaire général Adjoint. A cet effet, il soutient que le gouvernement, pour sortir de la crise, devrait prendre un certain nombre d’engagements à travers le communiqué final du procès-verbal qui devrait permettre la sortie de crise.

En tout état de cause, le SYNATIC exige la finalisation des discussions et un procès-verbal pour que les agents reprennent le travail.

En rappel, les points de revendication pour cette grève sont la  finalisation des échanges sur le décret portant statut dérogatoire et aussi l’octroi de moyens nécessaires pour que les travailleurs exécutent leurs tâches sans difficultés.

Wakiyatou KOBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *