Situation en Libye et au Sahel : Roch Kaboré appelle l’Union africaine à plus d’action

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice du G5 Sahel, à l’issue de la rencontre du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine tenue ce soir à Addis-Abeba, a fait le point de son intervention, à la presse.

Pour le président Kaboré, les avis convergent vers le fait que la situation en Lybie a été la source du redéploiement et l’épicentre du terrorisme dans la région sahélienne. Il a relevé l’impératif pour l’Afrique de s’impliquer fortement dans la crise libyenne, et que l’UA assume sa responsabilité.

Il a de ce fait demandé au Conseil de Paix et de Sécurité de prendre des engagements fermes, pour que l’Afrique soit plus engagée, et apporte sa contribution à la résolution de ce problème de terrorisme. « On peut dire que ça ne concerne que le Sahel et les pays du bassin du Lac Tchad. Ces pays constituent la digue, une fois qu’ils sont déboulonnés, cela va entraîner un envahissement du terrorisme dans l’ensemble de l’Afrique » avertit le président du Faso.

Roch Marc Christian Karobé a rappelé que le terrorisme est un phénomène international, nécessitant une solidarité beaucoup plus rapprochée, aussi bien régionale, sous-régionale qu’internationale. Il s’est ainsi félicité de l’engagement pris par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à travers un appui financier.

En ce qui concerne l’UA, le président en exercice du G5 Sahel a appelé à plus d’actions. « Au niveau de l’Union africaine, il y a des soutiens qui sont certainement politiques pour le moment. Mais nous pensons qu’il faut franchir ce Rubicon. L’heure nest pas à faire des déclarations, il faut que nous puissions montrer la solidarité aussi bien dans l’action, que financièrement dans la lutte contre le terrorisme » a-t-il renchéri.

Il a rappelé que le sommet de Pau tenu en France a permis la création d’une coalition internationale dans la lutte contre le terrorisme, et ouverte à tous les pays qui veulent y contribuer aussi bien militairement qu’économiquement. Pour le chef de l’Etat, il est important que ces conclusions soient endossées par l’UA.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *