Réconciliation entre Manga et Kaya : le HCRUN salue la démarche

 

Le 22 février 2020, le Burkina Faso a vécu à Manga, capitale de la région du Centre-sud, un évènement d’une haute portée symbolique. A Manga, les populations des deux régions du Centre-Nord (Kaya) et du Centre-Sud (Manga) ont assisté, heureuses, à un match de football entre leurs deux équipes. Dans la fraternité, applaudis par les populations, les acteurs ont donné à voir combien il était important de faire du football un jeu qui uni en réussissant un jeu de la fraternisation, reflet de la cohésion et du vivre-ensemble des Burkinabè.

Il vous souviendra qu’en 1988, un match de football opposant les équipes de Manga et de Kaya, avait tourné en affrontements violents, causant des morts et s’était soldé par une déchirure profonde du tissu social, bannissant tout rapport entre les populations des deux régions.

C’est à Manga, là- même où le drame a eu lieu il y a 32 ans que s’est joué le match historique et sur lequel a soufflé le vent de la réconciliation et de l’apaisement des cœurs. Des retrouvailles patiemment préparées et rendues possibles grâce à des personnes de bonne volonté, grâce à des fils et filles des deux régions qui sont allés puiser au plus profond de nos valeurs ancestrales, qui ont donné d’eux-mêmes sans compter.

C’est à tous ceux-là et en particulier Naaba Kiba II de Manga, Naaba Koom, Chef de canton de Sanmatenga, ainsi qu’aux Gouverneurs des deux régions que le Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale (HCRUN) rend hommage. Ils ont œuvré à permettre à leurs populations de faire face à ce passé douloureux qui les a si longtemps divisés. Ils ont contribué à forger un mécanisme solide qui garantira la non répétition de tels évènements à travers un jumelage entre leurs deux capitales de régions (Manga et Kaya). Un jumelage assis sur la « parenté à plaisanterie » comme il en existe si heureusement au Burkina Faso.

Les Burkinabè se rappellent qu’à l’occasion du nouvel an, les autorités coutumières et religieuses de notre pays ont adressé le 10 janvier 2020, au peuple burkinabè, un message qu’elles ont intitulé « Marchons sur les chemins de la paix ». Elles ont appelé le peuple à l’union, et ont insisté sur la nécessité pour notre pays d’avoir « un dialogue profond » qui passe par « une réconciliation inclusive, ouverte et effective ». La preuve que si difficile que soit la réconciliation, elle est possible .Leur démarche est un message fort pour que les Burkinabè se donnent la main et s’engager dans l’apaisement des cœurs pour une réconciliation véritable.

Tout en se félicitant de l’heureux événement de Manga, le HCRUN saisit cette opportunité pour redire toute sa disponibilité à jouer le rôle qui est le sien, celui de promotion de ce dialogue profond ; gage d’une réconciliation inclusive, ouverte et effective.

La Direction de la Communication et des Relations Publiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *