Télévision numérique terrestre au Burkina Faso : Le comité pilotage donne un avis favorable au mémorandum de l’UBESTV

Le comité de pilotage de la mise en œuvre de la télévision numérique terrestre (TNT) avec à sa tête, le PM, Christophe Dabiré, a eu, ce mardi, 10 mars 2020 à Ouagadougou, sa rencontre statutaire. Laquelle rencontre s’est tenue en présence des représentants de l’union burkinabè des éditeurs privés de services de télévision (UBESTV) afin de se pencher sur un mémorandum qu’elle a déposé.

 

Cette rencontre statutaire normale s’est tenue exceptionnellement en présence des représentants de l’union burkinabè des éditeurs privés de services de télévision (UBESTV) s’est penchée, selon le ministre en charge de la communication, Remis Fulgance Dandjinou, sur le mémorandum que les éditeurs avaient adressé au Premier ministre (PM).

Un mémorandum à travers lequel, dit-il un certain nombre d’aménagement sur les modalités de payement de la redevance annuelle d’un montant de 75 millions de francs CFA hors taxe dont ses membres devraient s’acquitter. « Une question sur laquelle, nous sommes tombés d’accord sur le montant des 75 millions hors taxe. Et nous allons discuter avec le ministère des finances pour voir comment nous allons prendre en compte certaines spécificités qui sont liées à l’année en cours pour ne pas trop pénaliser les acteurs », a-t-il expliqué. Il a expliqué aussi qu’à la fin de l’année, une évaluation est également prévue pour juger du maintien à la hausse, a l’état ou d’une baisse de ces redevances.

Quant au président de l’UBESTV, Issoufou Sare, son souhait, c’est qu’on puisse leur permette de payer 50% des 75 millions au cours de la première année. «  Et c’est plus qu’une réduction que nous demandons, parce que, nous demandons qu’on nous permette aussi de payer 75 % la deuxième année et les 100 % la troisième année », espère-t-il, tout en montrant que leurs chaines de télévision contribuent à faire la promotion de la culture burkinabè et il ne faudrait pas qu’à travers ses actions, le payement des tarifs de la SBT (Société burkinabè de télédiffusion) constitue un goulot d’étranglement supplémentaire. Une question à laquelle, selon lui, le PM a été très sensible et a promis de voir ce qui pourrait être fait en concertation avec les autres membres du comité.

La télévision numérique terrestres (TNT) a été lancée au Burkina Faso en décembre 2017 avec comme objectif d’alimenter 35 émetteurs numériques terrestres et de couvrir l’ensemble du territoire national.

Yvette Zongo
Lefaso.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *