Mesures gouvernementales contre le COVID-19 : Bien appréciées des Ouagalais mais difficiles pour les restauratrices

Dans la journée de ce lundi 23 mars 2020, une équipe de votre journal a sillonné quelques restaurants de la ville de Ouagadougou. Objectif, s’imprégner de l’application des mesures prises par le Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale pour éviter la propagation du Coronavirus au Burkina Faso. Lisez plutôt les réactions de certains clients et restauratrices de la capitale burkinabè.

Joël Damas Compaoré, agent au programme d’investissement forestier du  ministère de l’environnement. 

Nous sommes venus manger dans un espace ouvert puisqu’il a été recommandé d’éviter les espaces fermés avec un grand nombre de personnes. Chose que j’ai d’ailleurs constatée au niveau d’un bar quand je venais ici.

Emporter aussi !  Bon, comme c’est la pause de midi, ce n’est pas sûr que tout le monde apprécie l’odeur de la nourriture si je retourne au service avec mon plat.

Nous apprécions très bien les mesures prises par le gouvernement, étant donné que c’est le bien-être de tous. Nous avons nos gels pour les mains et nos masques à nez car le risque d’infection n’est pas à négliger même étant dans un espace ouvert.

Sali Gaëlle, restauratrice à Ouaga 2000

Nous n’avons plus beaucoup de clients. Aujourd’hui par exemple, c’est à 12h 30 minutes que j‘ai eu mon premier client alors que d’habitude, à partir de 11h 30 minutes, les clients commencent à venir. En tout cas, il y a une distance entre les clients et moi et quand ils arrivent, il y a du savon et de l’eau pour laver leurs mains.

Bien que nous n’avons plus beaucoup de clients, nous apprécions les mesures prises par le gouvernement dans la lutte contre la pandémie.

Madame Traoré, restauratrice sur la Route nationale N°5

Quand les clients viennent, il y a une personne à la porte qui dirige les clients vers le lave-main pour qu’ils se lavent les mains avant de prendre place. Nous n’avons pas eu de clients le matin car nous avons eu peur de préparer mais vers 11h ; 11h 30 minutes, les clients ont commencé à venir. Beaucoup ont fait emporter. Aujourd’hui, nous avons préparé un peu car on ne savait pas si les gens allaient sortir pour venir manger ou pas, compte tenu des mesures prises par le gouvernement.

Nathalie Ndri, restauratrice à Balkuy

C’est compliqué pour nous car il n’y a pas de marché. Je plaide pour que le couvre-feu soit revu pour commencer à 21h afin que nous puissions vendre un peu. Il fait actuellement chaud et si la nourriture ne finit pas, vous êtes obligés de jeter. C’est très compliqué. Il n’y a pas de client. Les gens ne sortent pas pour venir acheter alors qu’il faut payer le local et d’autres charges. Ce n’est pas facile. Aujourd’hui, je n’ai même pas encore vendu la moitié de ce que nous vendions d’habitude. J’ai du  savon et du gel hydro alcoolique pour le lavage des mains, donc j’adopte les mesures mais ce n’est pas facile. Vraiment que l’heure du couvre-feu soit revue de 21heures à 5 heures du matin.

Issouf Ouattara, étudiant

J’ai l’habitude de venir manger ici surtout de l’attiéké car elle le prépare très bien. D’habitude, j’emporte et aujourd’hui, j’ai fait autant. J’apprécie les mesures du gouvernement. Cela permettra  d’éviter la propagation de la maladie.

Wakiyatou KOBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *