Fondation Albouchra pour l’Education et le Développement au Burkina Faso (FADEB) : une rupture du jeûne sous le signe du renforcement des capacités

Depuis sa création en 2008, la Fondation Albouchra pour l’Education et le Développement au Burkina œuvre pour la promotion de l’éducation et du développement dans notre pays. Particulièrement active pendant le mois de Ramadan, elle organise des compétitions sportives notamment footballistiques, des repas communautaires au profit des pensionnaires des écoles coraniques. Et ce sans aucun soutien matériel ou financier ni de l’intérieur ni de l’extérieur du Burkina.

Après la première édition en 2011, la Fondation Albouchra a pu organiser, cette année, précisément le vendredi 15 mai 2020 dans la salle de conférence du Complexe La Dignité, à Yagma, la deuxième édition de la rupture collective du jeûne de Ramadan au profit de quelques communicateurs et journalistes musulmans du Burkina Faso.
Une cérémonie de rupture précédée, cette fois-ci, par une causerie-débat portant sur le
thème des « finalités de la loi islamique ».
Animé par Amadé Soro, Président de la FADEB et modéré par Soumaïla Rabo, Chargé de Communication de la même structure, l’exposé a suscité beaucoup d’échanges fructueux au regard à l’originalité de l’approche développée par le conférencier.
Celui-ci estime que certains croyants musulmans perdent de vue la nécessité d’établir une harmonie entre leurs devoirs envers Dieu et ceux envers leurs semblables quels que soient leurs origines, confessions ou statut social.
L’objectif étant le renforcement des facteurs de cohésion sociale et du vivre-ensemble à travers des propos et des actes apaisés conformément aux enseignements islamiques qui visent la concrétisation des besoins et intérêts de l’Homme et qui sont d’ordre religieux, spirituel, social, professionnel et familial, etc…
Selon le conférencier, les jurisconsultes, se basant sur les textes fondateurs de l’Islam, ont réparti les besoins humains en trois catégories à savoir les besoins vitaux, les besoins nécessaires et les besoins complémentaires. Chacun de ces besoins s’appuie, outre le Saint Coran, la tradition prophétique sur le consensus, l’analogie et bien d’autres mécanismes d’analyse et de déductions intellectuelles des jugements jurisprudentiels islamiques.
Au terme de la rencontre, les participants, satisfaits, ont souhaité que ce genre de rencontres puissent se multiplier afin de contribuer à éclairer davantage le public sur un certain nombre d’aspects dont la non maîtrise et l’incompréhension font le lit de beaucoup d’attitudes qui ne favorisent pas la bonne pratique religieuse, la cohésion sociale et le vivre-ensemble.
Pour la Cellule de Communication de la FADEB
Omar COMPAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *