75ème AG de l’Organisation des Nations-Unies:« L’Afrique doit être pleinement représentée dans tous les organes de décision de l’ONU », a dit le Président du Faso

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a livré son message cet après-midi, (NDLR: message vidéo, compte tenu du contexte du COVID-19) dans le cadre de la 75e assemblée générale des Nations unies. Il a, dans son intervention, salué les efforts de l’ONU pour la défense du multilatéralisme.

Le chef de l’Etat a dans son discours, félicité le président sortant de la 74e AG de l’ONU, Pr Tijjani Muhammad-Bandé pour son apport significatif dans la lutte contre la pandémie du coronavirus.
Il a souligné que dès les premiers cas de COVID-19 enregistrés le 9 mars 2020 au Burkina Faso, le gouvernement a adapté ses actions aux réalités du moment, en prenant des mesures de quarantaine, de confinement des villes, et de restrictions diverses. Aussi, un plan de riposte a été initié pour soulager les populations des effets pervers de la pandémie.
Roch Marc Christian Kaboré a également salué les mesures d’allègement de la dette en faveur des pays en voie de développement, et lancé un appel pour son annulation pure et simple.
Sur la question de la criminalité organisée et du terrorisme, il a remercié la Communauté internationale pour son soutien et son accompagnement dans cette lutte, qui est « une question de sécurité internationale ». Le président du Faso a par ailleurs noté des avancées dans l’action de la Force conjointe du G5 Sahel, l’implication du Secrétariat général du Conseil de sécurité, et de l’Union européenne dans la révision de l’Accord technique entre l’Union européenne, les Nations unies et le G5 Sahel qui permet désormais d’étendre l’appui de la MINUSMA à la Force conjointe du G5 Sahel au-delà des frontières du Mali. Poursuivant, le chef de l’Etat burkinabè a lancé un « appel à tous les partenaires à soutenir activement la coalition internationale pour le Sahel créée en janvier 2020 à Pau en France ».
Face à la dénonciation de certaines organisations des droits de l’Homme sur des cas supposés d’exactions lors des opérations militaires au Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré a réaffirmé le professionnalisme des Forces de défense et de sécurité qui exécutent leurs missions dans le respect des droits humains.
« Le Burkina Faso ne ménagera aucun effort pour relever les défis de la lutte contre le terrorisme, pour garantir la protection de ses populations et des réfugiés », a-t-il rappelé dans son allocution.
Le président Kaboré a aussi évoqué la tenue d’élections couplées, présidentielle et législatives prévues le 22 novembre 2020, et a rassuré que le gouvernement travaille à ce qu’elles soient transparentes, inclusives et apaisées. C’est dans cette perspective, a-t-il indiqué, qu’un cadre de dialogue politique permanent avec l’ensemble des composantes de la classe politique burkinabè a été institué, pour lever les éventuels obstacles au cours du processus.
Cette 75e AG de l’ONU marque également la commémoration du 75e anniversaire de l’institution et pour le président Kaboré, la réforme de l’organisation se fait encore et toujours attendre. « Pourtant, tout le monde s’accorde à reconnaitre qu’elle doit permettre de réparer l’injustice faite à l’Afrique, et que la revendication africaine est une aspiration légitime (…). L’Afrique doit être pleinement représentée dans tous les organes de décision de l’ONU, en particulier au Conseil de sécurité », a dit Roch Marc Christian Kaboré.
Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *