PEJEN : les 1520 enseignants exigent leur intégration dans la fonction publique

Les professeurs du « Programme Emplois-Jeune pour l’Éducation Nationale  (PEJEN) » demandent l’intégration des 1520 concernés dans la fonction publique. Ce, après avoir passé 3 ans sur le terrain à encadrer des enfants. Ces professeurs étaient face à la presse le mercredi 28 août 2019 à la Bourse du Travail de Ouagadougou.

Les professeurs du « Programme Emplois-jeunes pour l’Education nationale (PEJEN), au nombre de 1520, demandent l’intégration sans condition à la fonction publique de tous les concernés. Ils sont contre le texte prévu par le gouvernement pour recruter une partie de ce personnel. C’est au cours de l’année scolaire 2016-2017 que le gouvernement a recruté ces professeurs. Et depuis ces trois ans, cette première promotion exerçait sur le terrain dans les conditions de vie extrêmement difficiles en contribuant à relever le défi de l’éducation des enfants. Ces enseignants expliquent que le ministre en  charge de l’éducation a fait plusieurs sorties médiatiques pour signaler que les enseignants du PEJEN qui ne réussiront pas au concours ne dépendront plus du programme mais devront revenir l’année suivante si le concours est organisé pour tenter leur chance s’ils n’ont pas plus de 40 ans. Ils précisent que le Président du Faso avait promis que leur intégration se ferait d’office. « Au départ, c’était pour relever le défi de l’éducation et de lutter contre le chômage et si aujourd’hui, on veut envoyer d’autres au chômage, c’est une chose que nous décrions fort. En son temps, le Président du Faso lui-même a dit devant les journalistes que toute personne qui va rester dans le programme, à l’issue de trois ans, l’intégration, cest déjà d’office. Dans le contrat, il est dit que c’est un mécanisme spécifique et nous l’avons compris comme une dérogation. C’est un décret présidentiel qui nous permet de nous déverser dans la fonction publique, pas question qu’on vienne nous parler de test d’intégration », a avancé le Secrétaire Général de la Coordination du PEJEN, Larba Pierre Tindano. Les intéressés lancent un cri de cœur à la population pour demander de les soutenir dans leur lutte. D’autres recours sont prévus par ces enseignants pour amener le gouvernement à accéder à leurs revendications.

Abdoulaye KINDA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *