Décès du Général Ali Traoré : l’ultime hommage de la Nation à un digne fils élevé à la dignité de Grand Officier de l’Ordre de l’Etalon

Une cérémonie d’hommages a été organisée le mardi 6 octobre 2020 à la Place de la Nation de Ouagadougou, à l’intention du défunt Général de division aérienne Ali Traoré, décédé le 27 septembre dernier en Tunisie. Les plus hautes autorités du pays, le Président du Faso, Chef suprême des forces armées nationales en tête, ainsi que le Premier ministre, ont rendu un dernier hommage appuyé et mérité à l’illustre disparu, pour ses dignes et loyaux services rendus à la Nation. 

Hymne national, témoignages, décoration, défilé militaire, sont les temps forts de la cérémonie d’adieu au Général Ali Traoré. Un moment de recueillement et de reconnaissance de la Nation toute entière à l’endroit du Général admis à la retraite et qui aura marqué l’histoire des forces armées nationales. Un cérémonial essentiellement militaire, pleine d’émotions, et marqué notamment par la transmission de la dépouille par ses filleuls de l’Académie militaire Georges Namoano de Pô à ses promotionnaires et frères d’armes, au nombre desquels, le Général Kouamé Lougué, le Général Honoré Nabéré Traoré, le Général Brice Bayala.

Un des temps forts de cette cérémonie a été la cérémonie de décoration à titre posthume du Général, par le ministre en charge de la Défense nationale, Moumina Cheriff Sy, à la dignité de Grand Officier de l’Ordre de l’Étalon.

De la série de témoignages enregistrés, tous sont unanimes sur les qualités humaines et professionnelles du défunt.

Ses collaborateurs retiennent de lui, un chef exemplaire, qui a le sens de l’écoute, doublé d’une simplicité et d’une humilité qui ne laissent personne indifférente. Père très attentionné et pieux, il l’était, selon le témoignage de sa famille et de ses promotionnaires, pour qui l’homme aura tout donné pour son pays.

Premier Général de division aérienne, Ali Traoré a été aussi celui-là même qui a porté sur les fonds baptismaux l’Armée de l’air, qu’il dirigera pendant 16 ans, avant d’être promu Chef d’Etat-major Général des Armées, poste qu’il occupera de 2000 à 2009.

Juste après la cérémonie d’hommages, le cortège funèbre s’est dirigé vers la grande mosquée de Ouagadougou pour une prière, qui sera suivie de l’inhumation au cimetière municipal de Gounghin.

DCRP/Primature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *