Présidentielle du 22 novembre : le CDP a décidé d’abandonner la poursuite de recours

Le dimanche 22 novembre 2020, le peuple Burkinabé était invité aux urnes afin de confier son destin pour les cinq (05) prochaines années à des acteurs politiques. Un rendez-vous attendu par l’immense majorité des burkinabè, parce qu’il devrait marquer la rupture dans la gouvernance actuelle au regard de l’état de la situation de notre pays. Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) en a fait un moment privilégié car fortement attaché à la démocratie et à l’alternance par les urnes, comme référence par excellence pour les choix de gouvernance.

Hélas la réalité allait être tout autre : d’autres acteurs du processus électoral avaient d’autres agendas et moyens pour gagner ces élections.

En effet des insuffisances, des irrégularités ainsi que de multiples dysfonctionnements vont marquer aussi bien le déroulement du scrutin que le comptage et la compilation des résultats.

Parmi ces éléments nous pouvons citer :

La non prise en charge financière des représentants des partis dans les bureaux de vote avec pour conséquence l’absence ou l’abandon des représentants des partis qui n’ont pu être pré financés, favorisant ainsi des manipulations sur le processus électoral;

La modification irrégulière et unilatérale par la CENI et ses démembrements de la cartographie des bureaux de vote. L’article 73 du code électoral fait obligation de publication par la CENI trente (30) jours avant le jour du scrutin de la liste des bureaux de vote par arrêté.

C’est le cas dans la plupart des provinces soumises à l’insécurité ;

Le transfert d’urnes pour dépouillement hors des sites de vote dans certaines communes notamment la commune de Di au Sourou ;

L’ouverture tardive ou la non ouverture de certains bureaux de vote suite à de supposés problèmes matériels. Le cas le plus criard reste le bureau de vote de Wemtenga à Ouagadougou qui a ouvert vers 17 heures et les villages de Guiédougou et Gouran dans le Sourou ;

Le non-respect du principe de la compilation manuelle et électronique pour la proclamation des résultats;

Le décompte manuel est à même de garantir la fiabilité du décompte électronique.

Tout cela a conféré à ce scrutin un piteux niveau d’organisation.

La CENI par la voix de son Président a reconnu que des irrégularités ont émaillé le scrutin mais sans en déduire de conséquences sur les résultats.

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) en conclut que la sincérité du scrutin du 22 novembre 2020 est sérieusement entamée et jette un discrédit sur les résultats proclamés.

Constant dans sa démarche républicaine et soucieux d’agir de concert avec l’ensemble des partis signataires de l’accord politique de l’opposition, le CDP a pris alors acte des résultats proclamés par la CENI et se réservait le droit d’entreprendre toute action légale auprès du conseil constitutionnel.

Le Bureau Exécutif National en sa séance du 29 novembre 2020 a reconnu la pertinence de cette démarche ; il a cependant fait le constat de l’absence de l’unanimité des candidats signataires de l’accord politique pour la mise en œuvre des recours.

De même, en raison des dispositions de l’article 149 du code électoral pour ce qui concerne l’élection présidentielle la direction politique nationale a décidé d’abandonner la poursuite de recours et avisera après la proclamation définitive par le Conseil Constitutionnel.

Toutefois, pour ce qui est des élections législatives le BEN instruit les candidats au niveau local d’engager au cas par cas les recours nécessaires.

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) exprime sa profonde gratitude aux nombreux électrices et électeurs qui lui ont placé leur confiance. Il félicite les forces de défense et de sécurité pour la sécurisation du scrutin. Les chaleureuses félicitations du parti à la presse publique et privée pour leur professionnalisme.

Il adresse ses encouragements “ à mieux faire “ à l’institution CENI et à ses démembrements pour les efforts fournis et invite ses principaux responsables à tirer toutes les conséquences qui découlent des multiples disfonctionnements qui ne l’honorent pas et entachent la qualité du processus électoral comme jamais il ne l’a été depuis 1991..

Le CDP réaffirme sa ferme détermination à participer à l’approfondissement du processus démocratique depuis la renaissance démocratique en 1991 avec Blaise Compaoré.

Il déclare son constant attachement aux valeurs républicaines, à la paix et à la stabilité du pays.

Il félicite l’ensemble des acteurs politiques qui ont pris part à ce double scrutin du 22 novembre malgré les insuffisances et manquements constatés.

Fait à Ouagadougou, le 30 novembre 2020.

Le Congrès pour la Démocratie

et le Progrès (CDP)

Démocratie – Progrès – Justice

————-

Direction Nationale de la

Campagne

Burkina Faso

Unité- Progrès – Justice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *